samedi 10 novembre 2012

Why is Content Curation Such a Hot Topic?

Curation if a Hot Topic for Search Engine Optimization SEO<img class="alignright" title="Curation if a Hot Topic for Search Engine Optimization SEO" src="http://i1.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati1.jpg?resize=186%2C336" alt="Curation if a Hot Topic for Search Engine Optimization SEO" align="left" />

Rather than relying on a search or their own sifting powers, visitors to a content-curated site borrow the time and expertise of a human curator. For content consumers and producers, curation is a time saver and accelerator. Sharing and highlighting the most useful content, curators help cut through the mounds of fluff and irrelevance cluttering the web. Ultimately, that is why it is a hot topic and important to B2B content marketing.

Search Engines and SEO

As a content marketer, you have probably already heard the continued buzz around search engine changes, particularly at Google, which focus on quality content or, more specifically, providing value to their search users, which is their bread and butter and often overlooked. Content curation has therefore become a powerful tool for search engine optimization (SEO) for several reasons:

 

Longtail seo keywords<img class="alignleft" title="Longtail seo keywords" src="http://i2.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati2.jpg?resize=266%2C227" alt="Longtail seo keywords" align="left" />

Efficiency

Lists of relevant resources coupled with brief descriptions allow you to provide mountains of content with a lot less time and cost investment than creating it yourselves, and adding your own unique perspective helps make you an expert and thought leader.

Long Tail Effects

By providing links to targeted content and less-popular websites, you increase your visibility to those running low-probability searches.

Niche and  authority<img class="alignright" title="Niche and authority" src="http://i2.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati3.jpg?resize=391%2C317" alt="Niche and authority" align="left" />

Authority

Providing targeted content-curation pages signals that you are an expert in a subject. By pointing to an industry niche and evaluating their content, you imply that you are qualified to judge their content. Over time, this, in turn, generates links to your original content as an authority. Inbound links are SEO gold.

Visibility

When you add a content-curation page to your site, in addition to the SEO benefits, you will begin exporting your traffic to other sites to help answer visitor questions. The owners of these sites will notice that you are feeding them page views, and they may link to your site in exchange, increasing your authority!

Timeliness

Google is now ranking “freshness” as part of its search rank algorithm. Curation allows a steady stream of fresh content – a marketer’s biggest challenge!

Get your Content Curation eBook Free Today

<img class="aligncenter" title="Get your Content Curation eBook Free Today" src="http://i0.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/08/Curation-eBook-CTA.png?resize=676%2C232" alt="Get your Content Curation eBook Free Today" />

 

Social Media Sharing

Speed of Social Media Adoption<img class="alignleft" title="Speed of Social Media Adoption" src="http://i1.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati4.jpg?resize=444%2C274" alt="Speed of Social Media Adoption" align="left" />Have you heard of Pinterest and Twitter? I sure hope you, as a content marketer, have. Social media is still growing, is becoming entrenched in our lives, and is a hotbed for curation.

Social sharing is a POPULAR form of content curation.

What is Pinterest<img class="alignnone" title="What is Pinterest" src="http://i1.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati6.png?resize=298%2C87" alt="What is Pinterest" />

Pinterest is a content curation site, which is largely about sharing images and of limited value for many B2B content marketers. But as of this writing, Pinterest is hot! It is a great place to put infographics and curating them.

21% of B2B Buyers use social media at some point in the buying poccess<img class="aligncenter" title="21% of B2B Buyers use social media at some point in the buying pocess" src="http://i0.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati7.png?resize=240%2C200" alt="21% of B2B Buyers use social media at some point in the buying poccess" />

<img src="http://i1.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati9.jpg" alt="" align="left" />Twitter, the 140-character micro-blogging platform is also growing fast. Just go to Pinterest and type in “twitter growth” in the search bar – you will get some great data. On Twitter, 15% to 25% of tweets contain web links, and 56% of retweets do. I have no doubt that if you are searching for a service or product recommendations it is much higher, and people do share these. Link sharing is content curation. And these links are driving traffic to web sites.

 

<img src="http://i2.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati10.png" alt="" align="left" />The world’s largest professional network, LinkedIn, has web links built in to their user updates. LinkedIn is arguably the best social network for B2B marketing. Do not forget Facebook; it too uses link sharing as a major part of both user and company updates.

Finally, Google is getting into the picture more and more with Google+. There are more social sharing sites, online magazines, story-creation and clipping services coming online all the time (StorifyFlipboard, and Paper.li, etc.). Everyone is sharing, and sharing is a core component of curation.

Blogging<img class="alignright" title="Blogging" src="http://i0.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati11.jpg?resize=309%2C209" alt="Blogging" align="left" />

Blogging

Blogs and news are often just another form of content curation. The Huffington Post, now owned by AOL, is an online newspaper and is read by almost 30 million people per month. Curation is widely credited with the Huffington Post success, leading to its sale to AOL for $315 million.

In addition, a recent survey by Curata, the Content Curation Adoption Survey, shows that 95% of marketers are curating in some form.  With a figure like that, contentcuration must be providing some value. However, I would argue that the figure is a bit unfocused in that it defines curation any social sharing rather than a strategic, consistent, planned part of the B2B content-marketing process that we are trying to help you implement here.

95% of marketers use curation in some form<img class="aligncenter" style="text-align: center;" title="95% of marketers use curation in some form" src="http://i0.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati12.png?resize=244%2C127" alt="95% of marketers use curation in some form" />

Why is Curation important for B2B Content Marketers?

<img src="http://i2.wp.com/www.b2bcontentengine.com/wp-content/uploads/2012/09/091912_1508_WhyisCurati13.png" alt="" align="left" />One look at social media growth and search benefits, combined with one of the fundamental tenants of marketing—“fish where the fish are”—makes it easy to see curation’s importance. Content marketing is all about education prospects to generate leads and sales. But there is no rule that states all the education content has to come from your company.

As you will see, a well-designed curation strategy can generate web traffic, produce thought leadership, be used as a “top-of-mind” marketing tactic, nurture leads, and keep your customers engaged and informed. It can expand your resources and accelerate your effectiveness as a marketer.


Related Posts:

#Great Article By Greg Bardwell ( @gregbardwell ) on B2B Content Engine

Le candidat Numericus, à la recherche d'opportunités en temps réel

Retour sur le rôle de la marque employeur
Depuis 2010, de nombreuses études menées par CareerBuilder soulignent l’influence de la marque employeur dans l’acte de candidature dont les fonctions d’attraction et d’engagement sont devenues, au fil des années, assez similaires à celles qu’exercent les marques sur les consommateurs. Une évolution naturelle, très largement induite par la généralisation des comportements d’achat en ligne qui, par unification des usages, a conduit le candidat à développer un comportement d’internaute consommateur.

LE CANDIDAT NUMERICUS, A LA RECHERCHE D’OPPORTUNITES EN TEMPS REEL
Un tiers des salariés commencent à réfléchir à leur prochain job quelques semaines à peine après avoir commencé un nouveau poste. Surprenant, non ? Mais pourquoi si tôt ? Parce que le processus de recherche d’emploi ne s’arrête jamais. Les salariés sont toujours à l’écoute de nouvelles opportunités, même au commencement d’un nouveau poste.

La recherche d’opportunités a très clairement  pour fonction de rassurer mais aussi de se maintenir à l’affût de « la » bonne affaire,  à l’instar d’un consommateur. Rappelez-vous, la dernière petite robe noire pour laquelle vous avez craqué, juste avant ce diner gastronomique, au prix imbattable. Les candidats se comportent comme des acheteurs qui cherchent à optimiser leurs décisions ainsi s’informent en temps réel.

Les candidats abordent et vivent leur recherche d’emploi comme ils achètent un produit ou un service. La recherche d’emploi débute par une détection d’opportunités, dont Internet est devenu le canal principal, par sa taille, son accès illimité et les outils d’exploration disponibles (moteurs de recherche, méta-moteurs d’emploi, sites emploi, alerte d’offres, fils rss d’offres, bookmarks dynamiques...). Le mimétisme avec le e-shopper s’impose, en effet, celui-ci  aidé de comparateurs, forums et blogs se met en chasse de la bonne affaire, préalable à tout acte d’achat. C’est alors que le candidat entame pendant quelques jours un va-et-vient entre la source originale d’information de l’entreprise et les relais d’information : site carrière, sites sociaux et relais de diffusions, articles, billets passés et actuels sont consciencieusement analysés.

Le candidat internaute mène un véritable travail d’investigation sur la marque employeur qui, de quelques jours à quelques semaines, le portera à effectuer plusieurs visites avant de postuler. A l’image du e-shopper qui, avant d’acheter, ira jusqu’en boutique pour s’assurer de la qualité de la marchandise après avoir : consulté l’avis de ses proches, étudié les comparateurs, lu les commentaires produits, ‘surfé’ sur son mobile pour enfin acheter.

A suivre... l'histoire continue le 22 novembre...

 


Clémentine Eurieult
Directrice marketing,
CareerBuilder France
Après un début de carrière dans la veille, Clémentine Eurieult s’est rapidement tournée vers l'e-business se confrontant à la chaine de production et au marketing digital.
En 2012, elle participe à la création de la start-up www.social-dynamite.com puis rejoint Careerbuilder France. Clémentine Eurieult est diplômée de l'Institut d’Etudes Politiques de Lyon et titulaire d’un Master d’Intelligence Economique (IECS).

Le candidat "numericus", un e-consommateur opportuniste (partie 1) par Clémentine Eurieult, Directrice marketing, CareerBuilder France

Marie-France Fourrier, Intelligence collective, Projets de transformation

  

  

  

  

Marie-France FOURRIER
Marie-France Fourrier, Executive Coach, Coerial Intelligence Collective (http://www.coerial.com/)... En savoir plus sur cet auteur
LinkedIn



Entreprises : valorisez-vous davantage chez vos collaborateurs la compétence de « visibilité personnelle » ou de « création de valeur collective » ?


Jeudi 8 Novembre 2012

Depuis quelques années, nous constatons une véritable floraison de consulting, formations, et publications de toutes sortes centrés sur le développement de la « visibilité personnelle », du « personal branding », du « marketing de soi ».

D’un point de vue sociologique et individuel, on peut tout à fait comprendre l’intérêt de chacun à se rendre visible en dehors de sa sphère professionnelle ou familiale : il accroit ainsi ses chances d’être recruté, apprécié sur ses domaines de compétence ou sollicité sur des sujets qui l’intéressent. Cette visibilité externe peut lui permettre d'enrichir son quotidien, de s'ouvrir à de nouveaux projets, de rejoindre des communautés d'intérêt partagés, et de combler une insuffisance de reconnaissance ou de stimulation dans ses sphères habituelles.

D’un point de vue socio-organisationnel, cette tendance de fond peut néanmoins amener les entreprises à se questionner : quelles conséquences cette valorisation accrue de la compétence de « visibilité personnelle » a-t-elle sur le lien social interne et sur l’efficacité collective ?



Entreprises : valorisez-vous davantage chez vos collaborateurs  la compétence de « visibilité personnelle » ou de « création de valeur collective » ?

 

Nous savons qu’il ne suffit pas d’afficher de belles valeurs dans un rapport annuel pour créer un collectif de qualité. L’écart entre le discours et les actes ne trompe plus personne. Ce que les collaborateurs vont regarder et modéliser, c’est ce qui est effectivement pratiqué et valorisé par l’entreprise. A quoi leurs managers dédient-ils leur énergie : à faire avancer le projet commun de l’équipe ou de l’entreprise ou à renforcer leur « visibilité personnelle » ? Qu’est ce que l’entreprise valorise dans les faits : la création de valeur collective (comment la mesure-t-elle ?) ou l’art finement pratiqué de la mise en valeur de soi ?

  Les choses ne sont pas si tranchées et l’un n’exclue pas l’autre, me direz vous. Certes.
Et pourtant …

  Dans son dernier et riche ouvrage « Booster l’Intelligence Collective », Olivier d’Herbemont s’appuie sur les travaux de Kopp pour optimiser la mise en mouvement de l’intelligence collective dans une organisation. Dans un monde complexe et mouvant, le rôle du manager est de s’attacher à faciliter les processus d’auto-réorganisation les plus fructueux pour le collectif et d’organiser la controverse pour que les idées et les énergies se mélangent et s’alignent progressivement. Enfin, une fois la vision et les repères partagés, il adopte une « stratégie d’émulation qui s’attache à faire de l’idée commune une aventure collective dont les héros sont par nature les équipes de terrain de l’organisation, les actants ». Le manager, le chef de projet et les experts sont les « magiciens ressource », en appui des équipes qui, elles, sur le terrain, implémentent le changement dans le réel. Le manager n’abandonne en aucun cas l’accompagnement du processus, bien au contraire, il reste vigilant à fluidifier l’énergie, les débats, et permettre l’alignement de l’action. Mais, dans ce type de configuration, la valeur ajoutée du manager « facilitateur » est de rendre visible à tous les avancées du collectif et les apports de chacun … pas de travailler sa visibilité personnelle.

  Cette démarche d’accompagnement du changement est extrêmement efficace, surtout en environnement organisationnel complexe et dans les secteurs où l’innovation et la réactivité sont clé. Les business case que décrit Oliivier d’Herbemont sont nombreux et éclairants.

  Ceci étant, pour que cette fédération de valeur ajoutée collective soit pérenne, l’entreprise doit aligner l’ensemble de la chaine des signes de reconnaissance. Autrement elle doit être en capacité de valoriser ceux qui, dans l’ombre, facilitent le changement pour elle.

  Une fois le projet de transformation mené à bien, si le manager « facilitateur » se voit « coiffé » par un tiers, qui aura, lui, en parallèle, consacré son énergie à travailler son « marketing interne », sa « visibilité personnelle » ses « réseaux d’influence » et sa « stratégie de périmètre » sans autre valeur ajoutée ou légitimité vis-à-vis du collectif, il y a fort à parier que le manager facilitateur vogue vers d’autres cieux. Il sera rapidement rejoint par les hommes clé qui l’ont aidé à fédérer l’intelligence collective. La reconnaissance et la visibilité des réalisations du terrain étant « capturées » par le nouveau manager, champion du marketing de soi, l’énergie des acteurs et du projet de transformation ou d’innovation s’étiolera.
Et l’innovation changera de camp.

  Et là, hélas, les exemples sont tout aussi nombreux 




Management | Environnement stratégique | Idées | Magazine | Profils stratégiques | Divers | Editos

Google Analytics Alternative